Le site de Courbefy

Chapelle de Courbefy
Chapelle de Courbefy (photo Office de tourisme des Monts de Châlus) )

Le site de Courbefy, sur la commune de Bussière-Galant, est l’un des plus intéressants du territoire des Monts de Châlus. Il mêle en effet Histoire, mythe et religion, ce qui lui donne un aspect unique en son genre.

Le site fut peut-être occupé à la période pré-romaine. Mais c’est le Moyen Age qui a laissé les vestiges d’une importante place forte. On connaît peu de choses de son Histoire. Elle appartint à Géraud de Maulmont, qui la fit peut-être rebâtir. Il s’agissait d’un puissant seigneur et clerc limousin,  également seigneur de Châlus et propriétaire du château haut de Châlucet.

Aux XIIIème et XIVème siècles, le château de Courbefy fut la propriété des Maulmont, puis du roi de France Philippe le Bel. Pendant la guerre de Cent Ans, il fut assiégé et pris à plusieurs reprises, soit par les Anglais, soit par les armées au service du roi de France. Par la suite, il passa de main en main et fut détruit suite au programme de démolition des forteresses ordonné par Richelieu. Ce furent les habitants de Limoges et des alentours qui s’en chargèrent, car l’ancienne forteresse était devenue un repaire de brigands et avait mauvaise réputation.

Malgré tout, on peut encore déceler de nombreuses traces de la puissance que ce château possédait autrefois. Une première enceinte entourait la partie centrale qui devait être un grand corps de logis. Certaines parties de murs, effondrés ou non, sont toujours visibles. On peut notamment voir, à l’angle Nord-Ouest, les restes de latrines. Le site offre un point de vue unique sur la région alentour, que ce soit les Monts de Châlus au Nord ou le Périgord au Sud.

Bonne Fontaine dédiée à Saint Eutrope
Bonne Fontaine dédiée à Saint Eutrope (photo Office de tourisme des Monts de Châlus)

A Courbefy, on peut également voir et visiter une petite chapelle construite à l’origine au XIIIème siècle, certainement contemporaine du château, et largement remaniée au XVIIème siècle. On y vient toujours se recueillir lors des pèlerinages aux fontaines. Ces fontaines, au nombre de trois, ou « Bonnes Fontaines », sont des lieux de cultes singuliers que l’on retrouve en grand nombre en Limousin et au-delà. Celles de Courbefy étaient particulièrement renommées et fréquentées. Protégées par des murs de pierres maçonnés, on peut encore les voir aujourd’hui. L’une d’elle est même accompagnée d’une croix couverte d’ex-votos, des offrandes ou marques de dévotion.

Ces fontaines, et le culte qui leur est rendu, sont extrêmement anciens. Dans l’Antiquité, notamment dans les religions gauloises et gallo-romaines, certains sites naturels, notamment liés à l’eau et au monde souterrain, étaient vénérés. Avec la Christianisation, les saints ont remplacé les anciennes divinités, mais le culte et les dévotions aux fontaines sont restés. Ils demeurèrent importants au Moyen Age, dans l’ombre de la grande forteresse située un peu plus haut.